Marguerite Andersen remporte le Prix littéraire Trillium pour La mauvaise mère

margueriteetlivre

Marguerite Andersen remporte la plus haute distinction littéraire de l’Ontario avec son roman autobiographique La mauvaise mère. Cet honneur lui revient pour la deuxième fois, alors qu’elle remportait le prix en 2009 avec Le figuier sur le toit (L’Interligne).

 Le livre

Marguerite Andersen a huit ans quand Hitler prend le pouvoir, quinze quand la Seconde Guerre mondiale éclate, vingt au lendemain de l’armistice. Yeux baissés devant l’horreur, toute à sa soif de vivre, elle tourne fin 1946 le dos à cette Allemagne. Enceinte, elle suit en Tunisie l’amant français qui deviendra son premier mari. Ainsi s’amorce un parcours qui l’amènera, au fil de ses amours et de ses aventures, sur trois continents. Elle s’installe définitivement au Canada en 1958. À la suite de Jean-Jacques Rousseau, ces confessions au féminin : l’auteure/la narratrice, en retraçant les moments importants de sa vie, spécialement ceux en rapport avec ses enfants, en lien avec son rôle de mère, questionne ses choix, fait l’aveu de ses erreurs. Moments choisis, fragments, présentés de façon chronologique et nourris par des réflexions actuelles sur ces souvenirs. La prose se fait parfois hachurée – angoissée ? – mettant à profit le blanc – pause, silence – parce que l’émotion, à travers le souvenir, le commande.

Prix Trillium

Trillium LogoDepuis 1987, le gouvernement de l’Ontario rend hommage à l’excellence via le Prix Trillium, en favorisant le marketing et sensibilisant le public à la qualité et la diversité de la littérature et des écrivaines et écrivains en Ontario.

 

 

L’auteure

  • Romancière, nouvelliste, poète, essayiste, Marguerite Andersen a publié près de 20 ouvrages.
  • Née à Magdebourg (Allemagne), elle poursuit des études en lettres et en cinématographie (Université de Paris, Université Libre Berlin Ouest), et obtient un doctorat de l’Université de Montréal (lettres, 1963). En 1999, l’Université Mount Saint Vincent, à Halifax, lui a décerné un doctorat honorifique.
  • Elle a enseigné en Allemagne, en Éthiopie, aux États-Unis, au Canada (littérature française, études féministes).
  • De 1973 à 1980, elle a dirigé le Département d’études françaises de l’Université de Guelph ; en 1987-1988, elle a occupé la Chaire d’études sur les femmes à l’Université Mont Saint Vincent, à Halifax.
  • Depuis 1998, elle codirige Virages, la revue franco-ontarienne consacrée à la nouvelle.
  • Critique littéraire, elle a publié de nombreux articles et comptes rendus ainsi que des études et des recensions dans plusieurs publications, y compris dans le UNESCO Review of Education.
  • Elle a également publié poèmes et nouvelles dans diverses revues littéraires.
  • Membre du comité éditorial Resources for Feminist Research / Documentation sur la recherche féministe, de l’Union des écrivaines et écrivains québécois, du P.E.N. International, de la Writers’ Union of Canada, de la Société des écrivains canadiens, de l’Association des auteurs de l’Ontario et de la Société des écrivains de langue française de Toronto ;
  • Elle vit à Toronto depuis les années 1970. Elle y enseigne toujours le français à des jeunes, offre régulièrement des ateliers d’écriture et demeure active dans le monde associatif.

Pour plus d’informations, ou pour obtenir une copie promotionnelle, écrivez à scormier@prisedeparole.ca.

2 Responses to “Marguerite Andersen remporte le Prix littéraire Trillium pour La mauvaise mère”

  1. Diane Driver dit:

    Forgive my not being able to write in French. Will this book ever be published in English? I would love to read it. Thank you.

    Diane Driver

    • pdpcommercialisation dit:

      Hi Diane,

      We are looking for other editors to translate the work, however, there are no set plans for the near future.
      Thank you for taking interest in our publications,

      Mireille

Laisser un commentaire