Feuilleter ce livre

Halfbreed

Maria Campbell

Date : Mars 2021
Genre : Romans et récits
Collection : Récits
ISBN : 9782897442484
Pages : 340

Élevée sur une réserve routière de la Couronne dans le nord de la Saskatchewan, Maria Campbell est une enfant sensible et déterminée qui, malgré la grande précarité ambiante, s’émerveille devant le quotidien animé de sa communauté.

Après le décès de sa mère, elle se marie à un Blanc afin d’offrir une vie meilleure à ses frères et sœurs, mais échoue plutôt dans les bas-fonds de Vancouver, où elle connaît la prostitution, la dépendance et la dépression. Inspirée par sa Cheechum, elle s’engage alors sur la voie de la guérison, et dans une quête de reconnaissance et de dignité qu’elle partage avec toute une génération de Métis.

Avec Halfbreed, Maria Campbell expose, sans fard et dans une langue directe, la pauvreté, l’exclusion, la honte et le racisme hérités du colonialisme, et livre un témoignage puissant sur la résilience de son peuple.

L’ouvrage comprend un passage relatant le viol de Maria Campbell par un agent de la GRC qui avait été expurgé de l’édition originale avant d’être rétabli, en 2019, dans la réédition parue chez McClelland & Stewart.

Cette traduction française est le fruit d’une collaboration entre l’artiste wendat Charles Bender, à qui l’on doit notamment la version française de la pièce Là où le sang se mêle, de Kevin Loring, et Jean Marc Dalpé, prolifique homme de théâtre, écrivain, traducteur et collaborateur de longue date de la maison.

Dans les médias

Dans une langue crue, intime et puissante, Campbell nous raconte son enfance sur une réserve routière de la Saskatchewan. On découvre, derrière le racisme et la pauvreté, une jeune femme déterminée à se défaire de la honte, à tracer le chemin vers la dignité pour toute une génération de Métis. Un témoignage coup-de-poing qu’il n’est jamais trop tard pour découvrir.
– Caroline Gauvin-Dubé, Les libraires

Un texte fondateur d’une grande actualité traduit en français.
– La Presse

Rarement lira-t-on un récit aussi clair sur la réalité autochtone postcoloniale, entre le braconnage du père, la peur de perdre ses enfants aux mains de la Protection de la jeunesse et l’extrême pauvreté qui mène à la drogue et à la prostitution. Un joyau de littérature.
– Caroline Montpetit, Le Devoir

La toute première traduction française du livre Halfbreed, de Maria Campbell, permettra enfin aux lecteurs francophones de découvrir ce témoignage essentiel, qui raconte les ravages du colonialisme et la résilience de la nation Métis.
Majeur

Halfbreed se compose de plusieurs petits tableaux, comme autant de tranches de vie par lesquelles Maria Campbell se révèle sans fard, dans toute sa vulnérabilité, sa résilience et sa dignité retrouvée, après qu’elle eut touché le fond. À travers ce récit qu’elle a publié à 33 ans, maintenant réédité intégralement et disponible en français pour la première fois, elle nous donne accès non seulement à son âme, mais aussi à celle de son peuple.
– Valérie Lessard, Radio-Canada

Le Wendat Charles Bender et le Franco-Ontarien Jean Marc Dalpé ont ciselé à quatre mains la traduction de ce texte important, pour ne pas dire essentiel, toujours aussi pertinent près de 50 ans plus tard.
– Valérie Lessard, Radio-Canada

J’ai vraiment adoré ma lecture d’Halfbreed. […] Une traduction extraordinaire de Charles Bender et Jean Marc Dalpé, dans le respect de la matière originale.
– Claudia Larochelle, Plus on est de fous, plus on lit

C’est un livre qui nous permet de revisiter et de mettre à jour ses leçons d’histoire et qui nous fait découvrir une femme d’exception.
– Caroline Tellier, Le Cochaux show

Auteur

Maria Campbell

Maria Campbell est une écrivaine, dramaturge, cinéaste, enseignante, organisatrice communautaire, militante et aînée métisse née en 1940, en Saskatchewan. Elle a écrit plusieurs livres et pièces de théâtre, et a réalisé et écrit des scénarios de film.

Son engagement à l’égard des arts et des artistes autochtones est important : elle a mentoré de nombreux artistes, a travaillé dans le théâtre communautaire avec des jeunes et a plaidé pour l’embauche et la reconnaissance des Autochtones dans les arts. Elle a aussi fondé des refuges pour femmes et enfants autochtones et dirigé un camp d’écriture sur le site historique national de Batoche, où elle organise chaque été des événements commémoratifs.

Lire la suite