Feuilleter ce livre

La vie devant elles

Marguerite Andersen

Date : Octobre 2011
Genre : Romans et récits
Collection : Récits
ISBN : 9782894232774
Pages : 267

Inscrit dans la tradition du roman d’apprentissage, cet ouvrage présente en trois longues nouvelles le parcours de trois sœurs, des jeunes femmes indépendantes qui se cherchent, se découvrent, s’assument. Parfois habitées par le doute, mais surtout propulsées par leurs désirs et la force de leur caractère, trois femmes s’engagent sur le chemin de la vie, de l’amour, et du voyage. Claire, toujours responsable; Ariane, débordée par le mariage, la maternité et les études; et Isa, possédée par le désir de tout comprendre. Il en faut beaucoup pour tenir tête à ces femmes d’opinion, mais les défis qui leur sont posés sont de taille et leurs obligations, parfois de trop.

Dans les médias

[L]e roman le plus intéressant de Marguerite Andersen. 

– François Paré, University of Toronto Quaterly.  

On sent une curiosité, un désir d’espoir de nouveauté. Et ça m’a beaucoup touchée. C’est un très beau regard intergénérationnel sur ces vies qui se font […] On sent qu’il y a quelque chose qui compte, qu’il y a des grands sujets qui lui tiennent à cœur, que ça soit la création ou la curiosité.

– Sophie Perceval, TFO : Relief, Spécial littéraire.

Tout est douceur dans l’écriture d’Andersen. Elle brosse les portraits par petites touches, évoquant l’enfance de chacune, racontant les faits et gestes du quotidien, les petits malheurs et les grands bonheurs, attentive à leur laisser toute la place, même si on la retrouve dans certains instants clés. La fluidité du style, l’élégance de la langue, la sympathie qu’elle éprouve pour ses «personnages», la richesse des évocations lors de certains voyages […] tout contribue au plaisir de la lecture. 

– David Lonergan, Acadie nouvelle.

Auteur

Marguerite Andersen

Nouvelliste, romancière, poète, essayiste, Marguerite Andersen est la doyenne des lettres franco-ontariennes. Elle a publié une quinzaine d’ouvrages littéraires, dont plusieurs furent primés : La mauvaise mère (Prix Trillium), Le figuier sur le toit (Prix Trillium, Prix des lecteurs Radio-Canada), Parallèles (finaliste, Prix du Gouverneur général) et La soupe (Grand prix du Salon du livre de Toronto).

Son œuvre, frappante par sa modernité formelle et son féminisme assumé, procède de la fictionnalisation d’un parcours d’immigration qui l’a menée de son Allemagne natale vers d’autres pays d’Europe, vers l’Afrique et en Amérique. Elle vit aujourd’hui à Toronto.

Lire la suite