Feuilleter ce livre

Si longtemps déjà

Rose Després

Date : Avril 2009
Genre : Poésie
Collection : Poésie
ISBN : 9782894232330
Pages : 61

Si longtemps déjà est un recueil qui semble vibrer dans vos mains tant la voix y est authentique et assumée. La fougue dénonciatrice de la jeunesse et la sagacité de la maturité s’épousent intimement en un alliage luisant et retentissant. Comme un tocsin, l’œuvre bat des coups de conscience qui font résonner la lucidité désespérée comme des affronts aux oppressions flagrantes, aux aliénations sournoises, aux compromissions inéluctablement consenties.

Avis aux lecteurs qui ne la connaissent pas encore : cette Rose Després a des épines. Qui transpercent sans pitié les complaisances. Qui en soutirent goutte à goutte la dignité de l’espérance.

Dans les médias

Le discours sensible et écorché vif de la poète, difficile, pose un regard difforme et catatonique, grave de sens, mais nécessaire qu’elle saisit d’un trait de plume dans un élan fracassant qui s’élève et meurt à chaque fin de phrase.

– Sylvie Maria Filion, Liaison, no 147.

La poésie contestataire de Rose Després ne fait pas dans la dentelle. Son dernier recueil, Si longtemps déjà, puise encore une fois dans la force de l’auteure, dans sa jeunesse révoltée et dans sa maturité féroce. 

– David Lonergan, L’Étoile.

Auteur

Rose Després

Comédienne, musicienne, interprète, compositrice et enseignante, Rose Després est active depuis plus de trente ans dans le réseau littéraire, artistique et culturel de l’Acadie. Invitée à de nombreux colloques, festivals littéraires, échanges internationaux et organismes de représentation et de développement culturel, elle continue d’y faire des contributions remarquées.

En 2001, Rose remportait le prix Antonine-Maillet-Acadie Vie pour son recueil La vie prodigieuse. En 2012 paraissait dans la collection Bibliothèque canadienne-française une anthologie comprenant quatre de ses recueils. Avec Vraisemblable (2013), elle approfondit toujours sa saisie de la puissance salvatrice de la poésie.

On lui doit la traduction des recueils Le pluvier kildir (prix du Gouverneur général en langue anglaise) du poète ontarien Phil Hall et femme-rivière, de l’écrivaine métisse Katherena Vermette.

Lire la suite