Brigitte Haentjens

Metteure en scène d’avant-garde, Brigitte Haentjens fréquente l’école de mime de Lecoq, puis immigre en Ontario en 1977. Directrice artistique du Théâtre du Nouvel-Ontario à Sudbury de 1982 à 1990, Brigitte y laisse sa marque avec, entre autres, sa mise en scène de la pièce Le chien (1988) de Jean-Marc Dalpé.

Arrivée à Montréal, elle assure la direction artistique de la Nouvelle Compagnie Théâtrale (aujourd’hui le Théâtre Denise-Pelletier) jusqu’en 1994, puis fonde sa propre compagnie, Sibyllines. Intéressée par les textes antiques Électre (2000) et Antigone, (2002) de Sophocle - Brigitte Haentjens préfère toutefois les auteurs contemporains - Beckett, Koltès, Müller. Son Caligula (1993) d’Albert Camus évoquait la politique contemporaine et l’univers des conseils d’administration de la haute finance. À travers sa lecture subjective des textes, fréquemment marquée par la psychanalyse, elle explore particulièrement les failles secrètes de l’identité féminine, les jeux entre le pouvoir et le sexuel ainsi que la zone où se rejoignent les mythes et l’inconscient.

En théâtre, elle a publié plusieurs pièces en collaboration notamment avec Jean Marc Dalpé. Elle signe quelques récits poétiques dont D’éclats de peines, Blanchie et Une femme comblée.

Brigitte Haentjens est lauréate du prestigieux prix Siminovitch Théâtre (mise en scène) 2007.

D’éclats de peines (2e édition)
Lire la suite
Une femme comblée
Lire la suite
Blanchie
Lire la suite
Contes sudburois
Lire la suite