« Car les dieux sont avec nous » un recueil de nouvelles de Dominique Millette

car-les-dieux-sont-avec-nous_brCar les dieux sont avec nous

Trois novellas

DOMINIQUE MILLETTE

Le plus dur, c’est de ne plus être pharaon. Après tout, j’étais un dieu. Je m’appelais Ninetjer, « possesseur du divin ». Qu’est-ce que c’est que cette histoire de démocratie ? J’ai toujours du mal à comprendre qu’on ne puisse pas fouetter les gens qui quêtent à qui mieux mieux dans la rue. Le manque de respect général vis-à-vis des gens au pouvoir me sidère.

Une momie en mal de pays, un robot qui n’en est pas un, une déesse courroucée… autant de personnages insolites qui évoluent dans l’univers comico-philosophique de Dominique Millette.

Un pharaon errant. Un pharaon momifié ressuscite au XXIe siècle. Vulnérable sous la burqa qui dissimule un corps dont il peine à conserver les morceaux en place, désemparé face à la vie urbaine, il tentera d’échapper à ses poursuivants et de retrouver la sécheresse du désert.

Quitte ou double. Pour fuir une bande mafieuse, un acteur sur le déclin prend la place d’un robot humanoïde créé à son effigie. Il trouvera refuge dans la sphère intime de Lili, une jeune héritière sur le point de fêter ses vingt et un ans.

Le pied à terre. Les dieux de l’Olympe, exaspérés par la bêtise des humains qui saccagent l’environnement, envoient Athéna sur Terre en mission d’observation. L’impitoyable et ombrageuse déesse parviendra-t-elle à mener son enquête sans se faire démasquer ? Les mortels trouveront-ils grâce à ses yeux ?


Vous êtes invités à célébrer la parution du livre avec Dominique Millette au Salon du livre de Toronto !
Le jeudi 1er décembre, 17 h 30, à la Bibliothèque de référence de Toronto, 789 rue Yonge.
Un vin d’honneur et des fromages seront servis.


dominique-millette1_crop_brDOMINIQUE MILLETTE détient une maîtrise en économie politique internationale et travaille dans le domaine des communications. Elle a publié des nouvelles en français et en anglais ainsi qu’un roman – irrévérencieux et féministe –, La Delphinée (Prise de parole, 1997). Son parcours l’a amenée à photographier, d’une côte à l’autre, les paysages canadiens. Nomade à ses heures, elle reste attachée à la communauté franco-ontarienne dont elle est issue et où elle évolue depuis toujours.

Laisser un commentaire